Pablo Palazuelo

Madrid, 1915

Pablo Palazuelo

Pablo Palazuelo, né le 8 octobre 1915 à Madrid et mort à Galapagar, le 3 octobre 1007, est un peintre, graveur et sculpteur espagnol contemporain. Il est une figure-clé de l’art espagnol de la seconde moitié du XXe siècle.

En 1932, il commence ses études à l’École d’Architecture de Madrid, mais en 1933 il les poursuit à Oxford, à la School of Arts and Crafts. Quand débute la guerre civile espagnole, en 1936, Palazuelo interrompt ses études d’architecture et rentre en Espagne pour faire son service militaire.

En 1939, contre les souhaits de sa famille, qui avait envisagé pour lui une carrière d’architecte, Palazuelo se consacre à la peinture. Ses premiers travaux sont figuratifs. En 1945, il fait sa première exposition lors de l’Exposition nationale des Beaux-arts et il réalise ses premières peintures abstraites. En 1948, il obtient une bourse de l’Institut français pour étudier à Paris, où il passera près de vingt années de sa vie. Il s’installe à Paris, dans une petite chambre dont il fait son atelier et où il travaillera jusqu’en 1968.

En 1949 commence sa collaboration avec la prestigieuse Galerie Maeght. Il rencontre en 1950 Eduardo Chillida avec lequel il se lie d’amitié. En 1953, il crée ses premières compositions géométriques. Ces nouvelles formes l’amènent, un an plus tard, à faire sa première incursion dans la sculpture. 1955 est une année importante, car c’est l’année où il fait sa première exposition individuelle à la Galerie Maeght à Paris.

En 1969, il retourne en Espagne pour y obtenir la résidence permanente et en 1974 il s’installe dans un château, à Monroy près de Cáceres. Dans les années suivantes ses expositions sont de plus en plus fréquentes à Madrid (Théo Gallery), à Barcelone et à Paris (Galerie Maeght). En 1981, les Éditions Maeght publient une monographie consacrée à son travail, réalisée en collaboration avec Claude Esteban.

Palazuelo éprouve une grande fascination pour les travaux de Klee et de Kandinsky. Ses dessins, gravures, peintures, sculptures sont l’expression d’une abstraction souvent géométrique, où les lignes, les plans, les couleurs créent des tensions et des espaces. On y sent aussi l’influence de sa formation initiale d’architecte. Le développement de l’abstraction et l’utilisation de la géométrie dans son travail sont étroitement liés à un processus rationnel fondé sur la découverte (et non pas l’invention) de nouvelles formes. Cette découverte constante qui guide son travail se traduit par une tension qui se manifeste par des variations infinies de la forme.

Ici vous pouvez voir les œuvres de l'artiste qui font partie de la collection.