Que de bêtises au nom de l’art!

Cela fait déjà longtemps que le marché de l’art a perdu tout repère, entraîné par une sorte de spirale vers les chiffres, la une des médias dans la section ‘Économie’ et les affaires de milliardaires abrutis en quête d’affichage d’honorabilité devant les pique-assiettes et les crédules…

Et dans ce cercle vicieux, ou non vertueux, formé d’héritiers oisifs en quête d’argent, de galeristes planétaires, de médias à la recherche de spectaculaire, de critiques d’art qui voudraient devenir vedettes d’un jour ou qui quémandent une place à la table, de collectionneurs -connus ou inconnus- à la recherche de leurs cinq minutes de gloire, et par un monde des affaires sentant la nécessité de s’ouvrir nouvelles perspectives, etc., etc…, on constate que ces temps-ci, nous sommes arrivé à un nouveau standard pour leur bonheur et/ou leur acharnement: ‘le Picasso à 100 millions’. Allez-hop!

Et oui, nous avons connu dans les médias un nouveau cas, une nouvelle bêtise parce que le marchand planétaire d’art Larry Gagosian vient de saisir la justice américaine pour qu’elle le reconnaisse comme seul propriétaire d’une œuvre inestimable de Pablo Picasso, mais pourquoi? Parce que, hélas,  un négociant britannique revendique aussi sa propriété et affirme l’avoir également et légalement achetée.  Qui sera, donc, finalement reconnu comme l’heureux et riche possesseur du Buste de Femme (Marie Thérèse) de Pablo Picasso, une œuvre sculptée en 1931?

Pablo Picasso,

Pablo Picasso, « Buste de Femme (Marie Thérèse) », 1931

Cette célèbre sculpture, objet du désir et des convoitises des deux coqs en litige, est actuellement visible au Musée d’art moderne de New York (MoMA), qui consacre une exposition aux statues du maître espagnol pour la première fois depuis 50 ans.

Larry Gagosian affirme avoir acquis cette sculpture en mai 2015 auprès de la fille de l’artiste, Maya Widmaier-Picasso, pour 105,8 millions de dollars, selon le document d’assignation qu’a pu consulter récemment un journaliste de l’agence AFP. Il déclare aussi avoir versé à présent 79,7 millions de dollars, soit 75% du prix d’acquisition et il indique aussi avoir conclu un accord de vente avec un acheteur new-yorkais qui devrait prendre possession de cette sculpture une fois l’exposition achevée au MoMA, le 7 février 2016.

Mais, notre marchand planétaire explique en même temps qu’il a reçu en octobre 2015 un courrier d’une société britannique de négoce, nommée Pelham Europe, qui se présentait comme propriétaire de l’œuvre et menaçant de la faire saisir à New York.

Cette société d’affaires ‘artistiques’, fondée et dirigée par un ancien expert de la maison d’enchères Christie’s, Guy Bennett, affirme à son tour avoir conclu en novembre 2014 un accord de vente avec Maya Widmaier-Picasso, par l’intermédiaire du courtier Connery, Pissaro, Seydoux, pour 38 millions d’euros, mais l’acquéreur n’aurait versé que 6 millions d’euros avant que la fille de l’artiste ne dénonce la vente. Une clause de leur contrat prévoyait que la transaction ne serait conclue qu’une fois payée la totalité du prix, d’après le document d’assignation.

Selon Larry Gagosian, cité dans le New York Times, la société britannique agissait pour le compte de la famille royale du Qatar, mais comme la transaction n’a été pas finalisée parce qu’il n’y a pas eu paiement en totalité du prix convenu, il réclame que la justice américaine le déclare seul propriétaire de l’œuvre.

Interrogée par l’AFP (voir Le Figaro, du 15 Janvier 2016), une porte-parole du MoMA a indiqué que la mention figurant sur l’œuvre concernant son origine de la sculpture spécifiait: «Collection privée. Avec l’aimable autorisation de la galerie Gagosian». Et nous voilà conviés à assister à un nouveau litige ‘juridico-artistique’ qui permettra d’attirer l’attention sur des gens ‘apparentés à l’art’, à leur manière!

De telles histoires ont-elles une relation avec l’art? À mon avis, aucune… Est-ce qu’il y a un intérêt artistique à l’origine de ce litige? J’en doute raisonnablement… Tout cela va-t-il renforcer l’intérêt des gens pour l’art en général et pour l’œuvre de Picasso en particulier? Je ne le crois pas…. Alors, à quoi servent toutes ces manoeuvres? À gonfler la fréquentation de pages ‘people’ sur internet, à faire vendre du papier, bref à engraisser des comptes de résultats et à renforcer les acteurs du cercle non vertueux au niveau planétaire. Dommage!

Etiquettes: Art, argent, Sculpture, Picasso

Pas de commentaires

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués avec:


Vous pouvez utiliser ces tags HTML et des attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>