Lens n’est pas Bilbao

Lens n’est pas Bilbao

Dans un intéressant article apparu sur Le Monde le 21 août dernier, le professeur Jean-Michel Tobelem fait une série de réflexions à propos du non-succès de l’implantation d’une antenne du Musée du Louvre à Lens.

D’accord avec cet article, si l’on se réfère aux objectifs fixés au Louvre-Lens par ses promoteurs (Etat et actuelle Région Hauts-de-France) –à savoir la démocratisation culturelle et le développement local-, on peut évoquer la possibilité d’un échec : la fréquentation est en diminution malgré la gratuité du parcours permanent; les expositions temporaires attirent de moins en moins; la stratégie touristique apparaît encore en devenir; l’impact économique est décevant. Quant à l’implantation –contestée– des réserves du musée du Louvre à proximité du site du Louvre-Lens (qui n’a pas de collections en propre), elle ressemble à une fuite en avant.

Les raisons de cette situation paraissent être les suivantes :

  1. Une ville à l’attractivité réduite : ce n’est pas faire injure au bassin de Lens-Liévin que de constater que ses attraits culturels, patrimoniaux et touristiques sont limités aux yeux de nombre de visiteurs potentiels.
  2. Une localisation excentrée du musée : plutôt que de favoriser une implantation en centre-ville, le choix a été fait de l’en déconnecter, entraînant la nécessité d’une navette depuis la gare, ce qui contribue à la perception d’une institution «hors-sol».
  3. Une architecture peu démonstrative : alors que le musée Guggenheim de Bilbao est considéré comme un chef-d’œuvre de l’architecture du XXesiècle, le bâtiment de l’agence Sanaa ne permet pas de susciter la venue de flux de visiteurs additionnels.
  4. Un concept muséal peu convaincant : la «Galerie du temps » n’illustre-t-elle pas les hésitations qui ont conduit à l’adoption d’un parti pris muséographique suscitant un intérêt avant tout théorique, car fondé sur la juxtaposition d’œuvres de périodes et de provenances différentes censées dialoguer entre elles?
  5. Des expositions pour spécialistes : ces dernières s’apparentent aux manifestations présentées à Paris au musée du Louvre ou encore au Grand Palais, sans prise en compte suffisante de l’environnement dans lequel le musée s’insère; n’était-ce pourtant pas l’occasion de s’interroger sur le sens de l’implantation du musée au cœur du bassin minier ?
  6. Un manque d’innovation muséographique et éducative : alors que le musée devait représenter une plate-forme d’innovation, on ne constate dans la pratique une approche particulièrement nouvelle ou créative, notamment dans l’ambition de toucher de nouveaux publics.
  7. Une incapacité à atteindre les milieux populaires : les études sociologiques montrent que le musée n’est pas parvenu à attirer des visiteurs présentant un profil radicalement différent du public habituel des musées et des monuments (avec moins de 3 % d’ouvriers).
  8. Une politique touristique à l’échelle de la destination encore en devenir : contrairement aux espérances de ses promoteurs –escomptant probablement que l’implantation du musée suffirait à provoquer un essor touristique notable– l’absence d’infrastructures hôtelières adaptées à la demande des touristes et des retards dans l’essor d’une stratégie de développement touristique favorisent en réalité plutôt les villes voisines de Lille ou d’Arras, mieux équipées dans ce domaine.
  9. Un impact limité sur l’économie locale : s’il ne fait guère de doute que cet investissement coûteux constitue un atout pour susciter la venue d’investisseurs, du moins en termes d’image, les retombées en termes d’emplois et de création d’activités nouvelles demeurent encore modestes à ce jour.
  10. Des effets négatifs sur le tissu muséal régional : de nombreux acteurs locaux estiment que la création du Louvre-Lens s’est faite au détriment du financement des quelque 40 musées existants bénéficiant de l’appellation Musée de France dans la région auparavant nominée Nord – Pas-de-Calais (qualifiée désormais de… «Région des musées»). Le Louvre-Lens n’est ainsi pas en mesure de jouer pour l’instant un rôle de « locomotive » pour ces derniers.

Comment en est-on arrivé là? Les équipes du Louvre disposaient-elles d’une familiarité suffisante avec les problématiques du développement culturel territorial pour éviter des erreurs de conception? Les collectivités territoriales concernées n’ont-elles pas manqué de prudence en déléguant nombre de décisions stratégiques à des responsables qui n’avaient pas nécessairement les mêmes priorités que les autorités régionales en termes de développement local?

Quoi qu’il en soit, dès lors que cet équipement existe et que plus de 300 millions d’euros ont été dépensés jusqu’à présent, l’intérêt public commanderait d’éviter qu’il devienne un «éléphant blanc». Difficile, mais  possible, si on passe du rêve illuminateur au travail conscient.

 

Pas de commentaires

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués avec:


Vous pouvez utiliser ces tags HTML et des attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>