Tout est à vendre et à montrer?

Alicia Paulet vient de publier dans les pages du Figaro (du 11 Juin) un article intitulé « Michel Houllebecq fait de son bulletin de santé une œuvre d’art« . Avec un titre pareil, le lecteur est bien forcé de lire un texte laudatif à la gloire de l’auteur français plus lu en 2015, mais cela n’a, malheureusement, aucune relation avec une chronique ou une critique rigoureuse d’une section d’art d’un journal qui se prétend sérieux.

Houllebecq

La journaliste enragée commence son article avec cette phrase prémonitoire du style qui est le sien: « Comme un pied de nez aux critiques régulières sur son aspect physique, l’écrivain Michel Houellebecq a présenté vendredi 10 juin son bulletin de santé dans le cadre de la biennale d’art contemporain Manifesta, qui se déroule actuellement à Zurich, en Suisse« .

Et elle reste fidèle à son style: « L’agitateur de la littérature française, auteur de l’ouvrage à succès Les Particules élémentaires et de Soumission, a réalisé un examen minutieux de son corps avec l’aide du docteur Henry Perschak, qui dirige une célèbre clinique zurichoise. Les pièces, réparties entre plusieurs sites dans Zurich, incluent notamment des images de son crâne et du squelette de sa main droite« .

Et finalement, elle concède, généreuse, que Houllebecq lui-même s’exprime ainsi: «Forcément, voir son corps comme ça, c’est toujours un peu déplaisant», a-t-il confié à l’Agence France-Presse lors d’une visite au Helmhaus, un des musées zurichois qui abritent les expositions. «On ne pense pas d’abord à son corps comme à un truc médical, mais c’est là, la réalité», a-t-il ajouté. Alors, s’il considère cette action comme déplaisante, pourquoi le faire?

Finalement nous apprenons que l’idée de cet ‘affaire’ est née d’une rencontre entre Houllebecq et l’artiste Christian Jankowski, commissaire de l’exposition, qui lui avait proposé de sortir du champ habituel de la littérature pour se prêter à une performance artistique. «Il est étonnamment en bonne santé. Tout le monde sait qu’il ne mène pas une vie très saine. Et pourtant, oui il va bien», a expliqué le Dr Perschak à propos de son patient hors norme, qui reconnaît notamment fumer deux à trois paquets de cigarettes par jour. Et cela c’est une incitation concrète à de mauvaises habitudes, parce que malgré tout ils ont découvert un type qui se porte bien du point de vue santé…Fascinant, on fait presque bien que McDonalds! Verrons-nous Houllebecq aussi en vert corporatif, comme la chaîne d’hamburgers? Ou ses livres seront rédécorés en vert?

Et finalement, en pompe et circonstance, Alicia Paulet nous informe que l’installation de Michel Houellebecq est une des pièces phares de la biennale Manifesta, que se sont empressés de venir découvrir les premiers visiteurs. «J’ai été très surprise, de manière positive. Je suis presque jalouse», a commenté Jorinde Voigt, artiste de 39 ans interrogée sur ses premières impressions. «Il parle un langage différent de celui auquel il est habitué», celui des mots, s’est-elle enthousiasmée, y voyant une façon de «dire quelque chose sur lui-même dans le langage actuel des possibilités technologiques».

Décidément, il était difficile de cumuler autant de connerie -du personnage, du commissaire de l »expo’, de la biennale, de la journaliste et de certains visiteurs- dans un article si court…Il y a des progrès à faire dans tous les domaines, l’éthique et la retenue en tête! Vraiment, quand on nous disait que l’art est c’est que l’artiste décide qui l’est, on n’imaginait pas arriver à ce point.

Pas de commentaires

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués avec:


Vous pouvez utiliser ces tags HTML et des attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>