Hercule protège Hippodamia des centaures

Œuvre de la Renaissance du Nord, dont l’auteur appartenait au groupe des « Petits Maîtres» Allemands inscrits dans la continuité d’Albert Dürer. Heinrich Aldegrever est reconnu pour ses petites pièces, d’où le surnom de « petit maître », dont cet ouvrage est un exemple clair.

Nous pouvons observer que, à part sa taille, ce qu’il faut remarquer est le thématique culte de la mythologie classique. Dans la scène représentée, si le titre peut nous guider sur le sujet, nous y trouvons Hercules, qui protège Hippodamie des centaures. Mais si nous allons aux sources classiques, il est facile de constater que cette scène pourrait bien correspondre à un autre passage.

Si nous nous concentrons sur les personnages, nous constatons qu’Hippodamie est attaquée par des centaures dans le banquet de célébration de ses noces avec Pirithoos. Selon une tradition, Hippodamie a une relation familiale avec les centaures, et donc pour cette raison Pirithoos les avait invités à son mariage. Une autre tradition affirme une relation de Pirithoos avec des monstres, étant le fils d’Ixion, et en conséquence ils ont une liaison du type demi-frères. Mais en tout cas, les centaures, ivres de vin, ont tenté de violer Hippodamie et capter les femmes présentes, et à cette situation s’ensuivit des féroces combats entre les centaures et les Lapidas, compatriotes de Pirithoos. Il y en a qu’admettent souvent que Thésée, l’ami de Pirithoos, a participé à cette bataille.

Il peut sembler, alors, qu’en fait, c’est cette scène qui nous représente la gravure, et, en plus, nous y pouvons voir d’autres personnages qui combattent dans l’arrière-plan de la composition et une table et une architecture qui bien pourraient faire partie du banquet de noces, mais il y a encore d’autres éléments à analyser.

Si nous nous concentrons sur le premier personnage masculin, nous pouvons constater qu’il a la masse, arme généralement attribuée à Hercules.

Si nous cherchons dans l’histoire d’Hercule nous trouverons un passage dans lequel il doit sauver Déjanire du centaure Nessus, en essayant de traverser la rivière Avenus. Le centaure Nessus était celui qui aidait les marcheurs à traverser la rivière. Cependant lors du passage de Déjanire, le centaure aurait tenté de la violer et Hercules aurait fini par le tuer. Mais, il faut bien constater que la scène ne se passe pas dans une rivière et, comme nous l’avons déjà indiqué, nous pouvons regarder au fond dans un second plan, d’autres personnages qui combattent, de sorte que ce n’est pas une interprétation iconographique plausible.

En outre, la masse n’est pas un attribut exclusivement attribué à Hercules, sinon que Thésée la porte aussi, et, comme nous l’avons déjà dit, Thésée serait l’un des invités au banquet de noces entre Pirithoos et Hippodamie.

Enfin, il faut aussi faire attention au troisième personnage qu’on peut trouver au premier plan. Ce personnage, loin de ressembler à un centaure, a les caractéristiques d’un satyre ou faune, soit par les cornes sur sa tête ou soit par les jambes de capriné.

Cependant, nous voyons que dans l’inscription au pied de la gravure apparaît le nom de « Centaures » et le nom « Pirithoi », c’est à dire Pirithoos.

Auteur: Heinrich Aldegrever

Titre: Hercule protège Hippodamia des centaures

Époques: XVIème Siècle

Rencontres: 1550

Style: Renaissance

Tecnhique: Burin

Dimensions: 8 x 11 cm.

En série: s/n

Inscription: GE-056

Heinrich Aldegrever

1502-1555/1561

Heinrich Aldegraver ou Aldegrever né en 1502 à Paderborn, mort entre 1555 et 1561 à Soest est un peintre et graveur allemand de la renaissance.
Fils du sabotier Herman Trippenmäker et de son épouse Katharina, Aldegraver étudia sans doute la gravure et le dessin à Soest, puisqu’il ne semble pas qu’il y ait eu une corporation de peintres à Paderborn.

A 19 ans, Aldegraver fut accepté comme compagnon dans l’atelier du peintre Ludger tom Ring l’aîné. Il est possible qu’il ait passé ses années de compagnon itinérant aux Pays-Bas, où il aurait pu être influencé par les œuvres de Joos van Cleve et de Jan Gossaert.

Aldegraver travailla ensuite dans la ville de Soest qui était à l’époque un centre important de Westphalie. L’église de Wiesen possède de lui un autel de la Vierge datant de 1525, encore influencé par l’iconographie catholique. Mais le peintre adopta plus tard les idées de la réforme. Il s’éloigna en même temps de la peinture pour se lancer dans la gravure, et ses premières œuvres sont fortement influencées par son modèle Albert Dürer. L’analyse du...

Voir note sur l'auteur: Heinrich Aldegrever